• r-tableau

     

     

    ...ET LE SAINT FRUSQUIN                                                    

     

     

    Qui signifie   ... et tout le reste, comme vous le savez.

     

    Pour comprendre la signification profonde de cette expression, pour en saisir toute l’essence il faut remonter dans le temps, jusqu’au Moyen-àge, disons dans le Moyen-âge central
    qui se situe comme chacun sait entre le haut M.A. et le M.A. tardif.
    A cette époque épique vivait Gaubert FRUSQUIN savetier de son état.
    Il était l’époux inquiet de Gilotte NITOUCHE. Inquiet il pouvait l’être
    car la drôlesse n’avait pas une réputation de sainteté (pas encore).
    Elle aimait courir le guilledou et faire la nique à son mari.                                                            

    La scène se passe en 1234 à 11 heures du matin (ce qui n’a aucune importance)

    Ce jour là FRUSQUIN était parti à la ville acheter du fil de fer pour réparer la clôture de son jardin.
    Car c’est cette clôture que franchissaient tous les polissons qui venaient s’encanailler auprès de Gilotte NITOUCHE, ce qui l’avait rendu branlante (la clôture) 

    Vous pensez bien que Gilotte Nitouche
    profita de cette absence pour faire entrer son amant préféré,
    Euric TOUTIM, un sacré gaillard à qui il ne fallait pas en conter.

     Mais comme dans tout bon vaudeville, voila t’y pas que Gaubert FRUSQUIN, pris d’un doute
    s’en revint vers son foyer et prit sur le fait et sur sa femme le Gaubert qui n’en pouvait plus mais.

    Rageant, FRUSQUIN lui sauta à la gorge et lui cassa un bras car il avait toujours été maladroit

     L’affaire fit grand bruit et comme le grava (1) le journaliste local :

     

     A halte voiz, prist li pedre a crider

    Que issi grant barnage nen ait nuls reis soz ciel.

     

    On ne mâchait pas ses mots à l’époque

     Quoi qu’il en soit FRUSQUIN et TOUTIM firent la une et l’on se gaussa longtemps de Euric TOUTIM
    qui perdit dans l’affaire, son bras sa maitresse, sa réputation ... et tout le reste

     

    D’où l’expression

     

    .. Et tout le toutim qui signifie   ...et tout le reste.

     

    Euh !

     

     

     

    (1) A l’époque de l’histoire les journaux papier n’existaient pas et étaient gravés sur des planches.

    Cette particularité est peu connue des historiens.

     

     (1bis) Pour les linguistes distingués voici quelques traductions de et tout le Saint Frusquin :

     

     Aux Etats Unis    Tout sauf l’évier de la cuisine

     En Argentine      Et la mer en voiture

     En Espagne        Et toute la pêche

     En Slovaquie      Vsetki cakumpak

     

     

     

     

  •  

     

     aaaaaa

    aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa                                                                                                                tableau

    cellule

    propriété de la cellule

    alignement vertical : haut 

     

       

     

     


    votre commentaire
  •  

    ...ET LE SAINT FRUSQUIN                                   5 décembre 2017 

     

     

    Qui signifie   ... et tout le reste, comme vous le savez.

     

    Pour comprendre la signification profonde de cette expression, pour en saisir toute l’essence,

    il faut remonter dans le temps, jusqu’au Moyen-àge, disons dans le Moyen-âge central

    qui se situe comme chacun sait entre le haut M.A. et le M.A. tardif. A cette époque épique vivait

    Gaubert FRUSQUIN savetier de son état. Il était l’époux inquiet de Gilotte NITOUCHE.

    Inquiet il pouvait l’être car la drôlesse n’avait pas une réputation de sainteté (pas encore).

    Elle aimait courir le guilledou et faire la nique à son mari.

    La scène se passe en 1234 à 11 heures du matin (ce qui n’a aucune importance)

    Ce jour là FRUSQUIN était parti à la ville acheter du fil de fer pour réparer la clôture de son jardin.

    Car c’est cette clôture que franchissaient tous les polissons qui venaient s’encanailler auprès Gilotte NITOUCHE,

    ce qui l’avait rendu branlante (la clôture)

     

    Vous pensez bien que Gilotte Nitouche profita de cette absence pour faire entrer son amant préféré,

    Euric TOUTIM, un sacré gaillard à qui il ne fallait pas en conter.

     

    Mais comme dans tout bon vaudeville, voila t’y pas que Gaubert FRUSQUIN, pris d’un doute

    s’en revint vers son foyer et prit sur le fait et sur sa femme le Gaubert qui n’en pouvait plus mais.

    Rageant, FRUSQUIN lui sauta à la gorge et lui cassa un bras car il avait toujours été maladroit

     

    L’affaire fit grand bruit et comme le grava (1) le journaliste local :

     

    A halte voiz, prist li pedre a crider

    Que issi grant barnage nen ait nuls reis soz ciel.

     

    On ne mâchait pas ses mots à l’époque

     

    Quoi qu’il en soit FRUSQUIN et TOUTIM firent la une et l’on se gaussa longtemps de Euric TOUTIM qui perdit dans l’affaire, son bras sa maitresse, sa réputation ... et tout le reste

     

    D’où l’expression

     

    .. Et tout le toutim qui signifie   ...et tout le reste.

     

    Euh !

     

     

     

    (1) A l’époque de l’histoire les journaux papier n’existaient pas et étaient gravés sur des planches. Cette particularité est peu connue des historiens.

     

    (1bis) Pour les linguistes distingués voici quelques traductions de et tout le Saint Frusquin :

     

    Aux Etats Unis     Tout sauf l’évier de la cuisine

     

    En Argentine      Et la mer en voiture

     

    En Espagne         Et toute la pêche

     

    En Slovaquie       Vsetki cakumpak

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique